Lé convnaunç fon·netiq - institu Chubri - Du galo pourr astourr

Lé convnaunç fon·netiq

Bani l' 28 de marr 2019 — Bèrtran Ôbrée

► Qhéçion·në ChuMétiv

Den ChuMétiv, lé chaun d parfètment se sèrv dé convnaunç de l'alfabèt fon·netiq ent·rnaçion·na (AFE). En pu d sa, n'a qheq regl de p·rzentézon qhi'on të rtinzz pourr detâlhë conm i fao dé manierr-e speçial de parfètë en galo qhi son pouint cnu assë. 

 

Alfabèt fon·netiq ent·rnaçion·na

Den ChuMétiv, lé chaun d parfètment du vocabulérr se sèrv dé regl de l’alfabèt fon·netiq ent·rnaçion·na. Pourr vou-z aïdë a lirr s qhi’ée ecrit, vou pouvée alë vâer la païj de Wikipedia qhi contièn d-z egzenpl son·naunt.

Conson·n silabiq

L’sign [ɾ] marq in « r » piqë conm en·n espingnol den « pero ». Le « r » -la s di den la maïtië de haott galèrnn du Payi Galo.

L’sign [ʁ] marq in « r » qhi’ée parfètë conm en françéez. I s di den la maïtië d bâs soulèrr du Payi Galo.

Cantt in « r » ée sourlignë o in trèt su bout, parr le fètt [ɾ̩] ou [ʁ̩], s’ée in « r silabiq » (ou bin in « r vouayèl »). Meton « ·Rvièn ! » sra rnotë [ɾ̩vjɛ̃] en·n alfabèt fon·netiq ent·rnaçion·na. Den l’câ-çi, le « r » ée renforçi en durée (« rrvyin ») ou bin n’a in « e » vrae court qhi ll amenn (« ervyin »).

N’a dé môt qhi contnen in « r » ô debut d mot e qhi son dit de deûz manierr diferentt ; sa depend du contecç :

  • Il é parfètë d’enn manierr silabiq si l’mot ée ô tout debut d la bufée d tecç ou bin si n’a enn conson·n qhi’ée ditt just avaunt l’mot-la. Den l’câ-çi, sa s’ecri « ·r » en·n ortograf. Egzenpl : ·Rvièn ! Cayèl ·rvièn.
  • Il é parfètë a la manierr d’enn conson·n si n’a enn vouayèl qhi’ée ditt just avaunt. Den l’câ-çi, sa s’ecri « r » en·n ortograf. Egzenpl: Tu rvièn dmin, pari…

Pourr dé môt conm sa, la rnott fon·netiq ée p·rzentée d minm : […] voy+[…]

La p·rzentézon-la don·n en p·rmier l’parfètment silabiq du « r ». E aprè la mençion voy+, nen peû lirr le parfètment du « r » a la manierr d’enn conson·n. Meton, pourr « in rpâ », la fich ée p·rzentée conm sa :

  • Form dialèctal : ·rpâ ; rpâ
  • Parfètment dialècta : [ʁ̩pɑ] voy+[ʁpɑ]

Enn aotr chôzz. La rnott fon·netiq [l̩] sèrr a marqë in « l » silabiq qhi s’ecri « ·l » en·n ortograf. Il ée renforçi en durée ou bin n’a in « e » vrae court qhi ll amenn (ou bin enn vouayèl prè-parentt). Parenpl, le vèrb conjugë « sub·l » ée rnotë [sybl̩].

Vouayèl long diftongauntt

Den la pupart dé contrée du Payi Galo, nen trouv dé vouayèl long diftongauntt. De cae q sée don ? Parton d’in·n egzenpl. Meton q nen dmaundd « Eyou q’i son ? », nen peû conparë lé deûz reponss-çi :

(1) I son den l’mitaun du chaun.

  • Parfètment : [isɔ̃dɑ̃lmitɑ̃dyʃɑ̃ʊ]

(2) I son den l’chaun du mitaun.

  • Parfètment : [isɔ̃dɑ̃lʃɑ̃dymitɑ̃ʊ]

Den l’egzenpl-la, nen vay qe la minm vouayèl « aun » è s parfètt ou bin just « an » en-dden la frâzz, ou bin « anou » ô bout d la frâzz. Le dèrnier parfètment rtirr a enn diftong : sa cmenç parr in « an » qhi’ée parfètë bin a cller e sa s fini parr in « ou » detendu conm tout (conm den « book » en·n anglhéez). Mézë j diron qe l’parfètment « an » s’ée l’parfètment « raptiçë» e pée qe l’parfètment « anou » s’ée l’parfètment « devlopë ».

Parr le fètt, le parfètment dé fon·nem-la depend d la manierr d’apouyë. Ô bout d’enn frâzz, ou bin avaunt in·n arétâ, l’apouyurr ée pllaçée su la dèrnierr silab, ou minm itou l’avaunt-dèrnierr, e sa fè diftongë l’fon·nem : d’abord n’a enn vouayèl métrèss e pée n’a enn vouayèl detendû ô bout. Min den enn pôziçion sen apouyurr, cantt n’a ô mein deûz silab qhi siedd le fon·nem, sti-çi s parfètt a la manierr d’enn vouayèl toutt sinpl, qhi’ée courtt ou bin just ralonjée in ptit cae.

Pourr dé fon·nem de minm, la rnott fon·netiq den ChuMétiv, sa s p·rzentt conm sa : -[…] +[…]

Den la p·rzentézon-la, l’sign « - » ée siedu du parfètment raptiçë (vouayèl sinpl). E pée l’sign « + » i dvaunç le parfètment devlopë (vouayèl diftongée).

·Rvenon a l’egzenpl du « aun » qhi s di den belebin d contrée du Payi Galo, meton den l’mot « chaun ». La fich marq :

  • Form dialèctal : chaun
  • Parfètment dialècta : -[ʃɑ̃] +[ʃɑ̃ʊ]

La p·rzentézon-la vieû dirr qe l’mot « chaun » s parfètt « chan » si s’ée pouint apouyë, meton en-dden enn frâzz, e pée « chanon » si s’ée apouyë.

Enn form prè-parentt du parfètment-la s di en Louérr Atlauntiq e den le Peyi d Coy. Le grafem « âun » marq in fon·nem qhi va du « an » ô « inou ». Den l’câ-la itou l’mot « châun » sra p·rzentë d la minm façon :

  • Form dialèctal : châun
  • Parfètment dialècta : -[ʃɑ̃] +[ʃɛ̃ʊ]

En galo n’a d’aotr vouayèl long diftongauntt conm ée, ein, î… I sron p·rzentée itou conm sa den ChuMétiv.

Conventions phonétiques

Publié le 28 mars 2019 — Bèrtran Ôbrée

► Consulter ChuMétiv

Dans ChuMétiv, les champs de prononciation utilisent les conventions de l'alphabet phonétique international (API). En complément, certaines règles de présentation ont été adoptées pour mettre l'accent sur certaines particularités méconnues de la prononciation du gallo. 

 

Alphabet phonétique international

Dans ChuMétiv, les champs de prononciation du vocabulaire utilisent les règles de l’alphabet phonétique international. Pour vous aider à déchiffrer les signes utilisés, vous pouvez vous reporter à la page de Wikipedia qui contient des exemples sonores.

Consonnes syllabiques

Le signe [ɾ] note un « r » apical comme en espagnol dans « pero ». Ce « r » est attesté dans la moitié nord-ouest de l’aire gallophone.

Le signe [ʁ] note un « r » prononcé comme en français. Il est attesté dans la moitié sud-est du Pays Gallo.

Lorsqu’un « r » est souligné d’un trait vertical, c’est-à-dire [ɾ̩] ou [ʁ̩], il s’agit d’un « r syllabique » (ou vocalique). Par exemple « ·Rvièn ! » (Reviens !) sera transcrit [ɾ̩vjɛ̃] en alphabet phonétique international. Dans ce cas, le « r » est renforcé en durée (« rrvyin ») ou introduit par un « e » très bref (« ervyin »).

Certains mots présentent un « r » en début de mot qui peut être prononcé de deux manières différentes, selon le contexte :

  • Il est prononcé sur le mode syllabique si le mot est en tout début d’énoncé ou si une consonne est prononcée juste avant ce mot. Dans ce cas, il est orthographié « ·r ». Exemple : ·Rvièn ! Cayèl ·rvièn. (Reviens ! Judicaël revient.)
  • Il est prononcé sur le mode consonantique si une voyelle précède immédiatement. Dans ce cas, il est orthographié « r ». Exemple : Tu rvièn dmin, pari… (Tu reviens demain, hein.)

Pour de tels mots, la transcription phonétique est présentée comme suit : […] voy+[…]

Cette présentation précise d’abord la prononciation syllabique du « r ». Puis la mention voy+ est suivie de la prononciation consonantique du « r ». Par exemple, pour « in rpâ » (un repas), la fiche est présentée ainsi :

  • Forme dialectale : ·rpâ ; rpâ
  • Prononciation dialectale : [ʁ̩pɑ] voy+[ʁpɑ]

Par ailleurs, la transcription phonétique [l̩] correspond à un « l » syllabique orthographié « ·l ». Il est renforcé en durée ou introduit par un « e » très bref (ou une voyelle approchante). Par exemple, le verbe conjugué « sub·l » (siffle) est transcrit [sybl̩].

Voyelles longues à diphtongaison

Dans la plupart des régions du Pays Gallo, il existe des voyelles longues à diphtongaison. De quoi s’agit-il ? Partons d’un exemple. À la question « Eyou q’i son ? » (Où sont-ils/elles ?), comparons les deux réponses suivantes :

(1) I son den l’mitaun du chaun.

  • Prononciation : [isɔ̃dɑ̃lmitɑ̃dyʃɑ̃ʊ]
  • Traduction : Ils/elles sont dans le milieu du champ.

(2) I son den l’chaun du mitaun.

  • Prononciation : [isɔ̃dɑ̃lʃɑ̃dymitɑ̃ʊ]
  • Traduction : Ils/elles sont dans le champ du milieu.

On voit que dans cet exemple, la même voyelle « aun » est prononcée soit simplement « an » à l’intérieur de la phrase, soit « anou » en finale. Cette dernière prononciation est analogue à une diphtongue : elle commence par un « an » prononcé nettement et elle s’achève par un « ou » très relâché (comme dans « book » en anglais). Nous dirons que la prononciation « an » est la prononciation « réduite » et que la prononciation « anou » est la prononciation « développée ».

En fait, ces phonèmes sont prononcés différemment selon l’accentuation. En fin de phrase, ou avant un pause, l’accentuation de la dernière syllabe, voire de l’avant-dernière, amène ce phonème à être diphtongué (une voyelle principale suivie d’une voyelle relâchée). Mais en position inaccentuée, quand au moins deux syllabes suivent ce phonème, celui-ci est prononcé sous la forme d’une simple voyelle, courte ou éventuellement allongée légèrement.

Pour de tels phonèmes, la transcription phonétique dans ChuMétiv est présentée comme suit : -[…] +[…]

Dans cette présentation, le signe « - » est suivi de la prononciation réduite (voyelle simple). Et le signe « + » est suivi de la prononciation développée (voyelle diphtonguée).

Reprenons l’exemple du « aun » usité dans de nombreuses régions du Pays Gallo, ici dans le mot « chaun » (champ). La fiche indiquera :

  • Forme dialectale : chaun
  • Prononciation dialectale : -[ʃɑ̃] +[ʃɑ̃ʊ]

Cette présentation signifie que le mot « chaun » se prononce « chan », par exemple à l’intérieur d’une phrase, et « chanou » en fin de phrase.

Une variante de cette prononciation est attestée en Loire-Atlantique et dans le Coglais. Le graphème « âun » correspond à un phonème qui va de « an » à « inou ». Dans ce cas aussi, le mot « châun » (champ) sera présenté de la même façon :

  • Forme dialectale : châun
  • Prononciation dialectale : -[ʃɑ̃] +[ʃɛ̃ʊ]

Il existe plusieurs autres voyelles longues à diphtongaison qui seront à chaque fois présentées de cette façon dans ChuMétiv : ée, ein, î…