D-z enqhétt oral su lé non de cmenn den l’ Pé d Rès - institu Chubri - Du galo pourr astourr

D-z enqhétt oral su lé non de cmenn den l’ Pé d Rès

Bani l' 8 du mouâz d novenb 2016

En 2016, Chubri menn dé-z enqhétt oral su lé non en galo dé cmenn de la Louérr Atlantiq, surtout den l’ midi d la Louérr. Duraun puzieurr mouâz d ten, Jessica Haumont ée encharjée d mètt su pië l’ projit-la. En juilhèt e pée en septenb, è parti a courr lé routt den l’ Pé d Rès. Qhinzz p·rmierr ent·rvu on të fètt de minm do dé caozz-galo d la contrée.

Rassérë lé non de cmenn en galo a travéer la Haott B·rtingn

Dedpée 2007, l’ souèton a minz den sé p·rmiertë d ·rçensë lé non dé cmenn en galo. S’ée vrae préssë, l’aférr-la, vu q’astourr lé bon·n jen s depllaç de pu en pu e q s’ée yin dé dmenn du parlement lé pu en danjer. En pu dé sourç écritt qhi’on të ag·rouée, Chubri menn dé-z enqhétt oral, e n’a enn bon·n part qhi touch é non d’endret e d bon·n jen. Astourr-çi, n’i’a bintô 400-z enqhètt de fètt den l’ Payiz Galéez, davantaïj den lé Côtt d’Ahaot, l’Il e Vilein·n e l’ Morbiyaun. Den l’cou, la Louérr Atlantiq të yèl bin mein couvèrtt pourr le monment.

Vu q n’i’a dé manq de sourç ecritt e oral su lé non d’endret den l’ 44, Chubri a deçidë d don·në in cou d colier pourr rassérë den l’ departement-çi en 2016. N’i’a la Me·nrî rejion·nal d-z aférr qhultural (MeRAQ) Payiz d la Louérr qhi’aïdd a l’Iinstitut pourr le projit-la. Den l’ cou Chubri a gaïjë Jessica Haumont dedpée la fin du mouâz d mae diq a la mi d deçenb pourr mètr sa su pië.

En juilhèt pâssë e pée en septenb, è s’en fu den l’ Pé d Rès pourr cmencë a rasseré dé don·née den ste contrée.

L’ Pé d Rès : in bout d tèrr entr la Louérr et l’ Maraï b·rton-vendeyin

L’ Pé d Rès, s’ée in bout d tèrr qhi s trouv a la galèrnn du département de la Louérr Atlantiq, a bâs d la Louérr. S’é  l’ Maraï b·rton-vendeyin qhi marq la separtî o l’ departement d la Vendée. Donq en grôs, Bourneû ée la cmenn qhi s trouv just a haot d la separtî. Astourr-çi, la limitt ô soulérr d la contrée, s’ée la rél dedd Rezé a Ljaï. A l’epoq du 17m siecl, le duchë e baron·nî d Rès s’etendd ô soulérr juq a Cliçon.

N’i’a qhinzz enqhétt qhi’on të fètt dan lé cmenn-çi : Pinbeû, Sint Pérr, ·Rouan, la Pyènn, Porniq, La Bèrneri, Chôvaï e Sint-t Ilèrr. N’i’a zu puzieurr animrî d fètt den dé mézon d la rtrètt itou, de souètië do l-z animouerr de châq mézon.

Dé Pé d Rès bin fiéer d lou caozë

Senmti q’i’a pouint ghèrr de souéton qhi s’oqhup rin q du parlement du Pé d Rès. N’i’a tout conm la « Société des Historiens du Pays de Retz » qhi’a fèt in ptit cae d’ouvraïj la-dsu. Mé n’i’a dé bon·n jen qhi croch dëden pourr le saovë e pi l’ férr cnétt. Parenp, n’i’a Marie-Thérèse Leduc de Chôvaï, Michel Baconnais du Cliyon ou bin corr Alain Mériais d Pinbeû.

S’ée pâ neû q’i’a du mondd qhi païss ô caozë. Sa q’a cmençë lon l’ siecl pâssë. N’i’a Eloi Guitteny,  in gâ sorti d Sint-t Ilèrr, qhi’a ecrit in motier qhi decri l’ caozë : Le Vieux langage du Pays de Retz (1970). Sylvaine Billot, yèl, èl ée orinée d Chôvaï. En 1984, è bani in livr pourr valantë l’ parlement d la contrée : Le Pays de mémé : chansons, patois, sonnets, poèmes.

La béss du caozë renforçî parr le touriss ?

Lé caoz-galo q j’avon vu, i s son yeû ebluçë den l’ parlement-la. Mé semb·l q’astourr, i l’ caozz pu ghèrr den lou vî d tout lé jour. Il on gardë just dé tournurr ou bin just dé môt conm sa. N’i’a yin dé ghimentou qhi nou-z a dit q li il a léssë l’ caozë pourr pouint yétt vu conm in beda dvaunt lé tourist.

Le Pé d Rès atirr du mondd qhi’on du cae dedpée l’ debut du 19m siecl. Dé cmenn qi s trouv su l’ bord de më conm La Bèrneri ou bin Porniq se son agrandî hardiment. Dedpée 1875, ni’a enn lign de chmin d fer qhi rli Nauntt e Porniq. Dan l’cou, sa q’a bin·n ouvèrt le Pé d Rès dvèrr Nauntt. E a in livè pu larj, sa q’a minz la contrée-la en liézon o puzierr vil de Franç, e pée Pariz itou, pari !

L’etabllisment dé conjë peyë en 1936 é pée le devlopment du touriss de mâss aprée la Sgondd Ghèrr mondial, sa q’a amnë belebin d tourist den l’ Pé de Rès, su la Côtt de Jadd (le bord de më entr Sint B·rvin et lé Moutiér). Vla don pu d’in siècl qe l’ Pé d Rès rçë dé vizitou.

Sé fenonmenn de braçaïj on bin du avaer enn part den l’ fètt qe l’ cazoë du payiz rqhul a ptitt fae. S’ée vnu en pu d’in fenonmenn pu jenera. Parr le fètt, l’uzaïj du galo a béssë den l’ couraunt du 20m siecl. Conm pourr toutt lé parlement rejion·nao en Franç, la caozz de l’evoluçion-la, s’ée surtout la long politiq de l’Etat, de cae q son but të d’aboli lé « patouâz » pourr qe l’ mondd arein caozë pu rin qe l’ françéez.

 

► Partaïjë den Facebook

► Partaïjë den Twitter

Enquêtes orales sur les noms de communes dans le Pays de Retz

Publié le 8 novembre 2016

En 2016, Chubri réalise des enquêtes orales sur les noms en gallo des communes de Loire-Atlantique, notamment au sud de la Loire. Jessica Haumont est chargée de mettre en œuvre ce projet pendant plusieurs mois. En juillet puis en septembre, elle a sillonné les routes du Pays de Retz.  Quinze premières entrevues ont ainsi permis de rencontrer des locuteurs de ce territoire.

Recenser les noms de communes en gallo à travers la Haute-Bretagne

Recenser les noms des communes en gallo est l’une des priorités de l’association depuis 2007. En effet, c’est un des domaines de la langue actuellement le plus menacé du fait de la mobilité croissante de la population. En complément des sources écrites rassemblées, Chubri réalise des enquêtes orales dont une part importante porte sur les noms de lieux et de personnes. Ainsi, près de 400 enquêtes orales ont été réalisées en Pays Gallo, majoritairement en Côtes d’Armor, Morbihan et Ille-et-Vilaine. Par contre, le département de Loire-Atlantique avait été peu couvert jusqu’ici.

Partant du constat du manque de sources écrites et orales sur la toponymie dans le 44, Chubri a décidé d’orienter ses enquêtes sur ce département en 2016. Ce projet est soutenu par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Pays de Loire. Pour le mettre en œuvre, Chubri a embauché Jessica Haumont de fin mai à mi-décembre. En juillet dernier puis en septembre, elle s’est rendue dans le Pays de Retz pour commencer la récolte de données.

Le Pays de Retz : une péninsule située entre Loire et Marais breton-vendéen

Le Pays de Retz est une petite péninsule située au Sud de la Loire, à l’ouest du département de la Loire-Atlantique. Le Marais breton-vendéen marque la limite sud du Pays de Retz. Schématiquement, cette limite est au sud de Bourgneuf-en-Retz. Au XVIIème siècle, le duché et baronnie de Retz s’étendait à l’est jusqu’à Clisson. De nos jours, les frontières Est sont établies de Rezé à Légé.

Quinze enquêtes ont eu lieu dans diverses communes du Pays de Retz à savoir : Paimbœuf, Saint-Père-en-Retz, Rouans, la Plaine-sur-Mer, Pornic, La Bernerie-en-Retz, Chauvé et Saint-Hilaire-de-Chaléons. Plusieurs interventions en maisons de retraite ont été réalisées en collaboration avec les animatrices des différents sites.

Des « Paydrèts » fiers de leur langage

Il ne semble pas exister d’association spécialisée sur le parler du Pays de Retz. On peut tout de même citer la Société des Historiens du Pays de Retz qui a réalisé quelques travaux sur ce sujet. Cependant, des particuliers cherchent à sauvegarder ou faire connaitre le parler local comme Marie-Thérèse Leduc de Chauvé, Michel Baconnais du Clion-sur-Mer ou encore Alain Mériais de Paimbœuf.

Une synergie semble s’être mise en place au XXème siècle car on peut dénombrer de multiples initiatives locales au cours du siècle passé. Eloi Guitteny, natif de Saint-Hilaire-de-Chaléons, a rédigé un ouvrage sur le parler spécifique du pays à savoir : Le Vieux langage du Pays de Retz (1970). Sylvaine Billot, originaire de Chauvé, a également cherché à valoriser le parler dans Le Pays de mémé : chansons, patois, sonnets, poèmes paru en 1984.

Un déclin du parler accentué par le tourisme ?

Les locuteurs que nous avons rencontrés ont été élevés dans cette langue. Mais il semble que cela n’est plus la langue utilisée dans leur quotidien. Chez eux, la langue perdure dans des expressions ou pour des mots isolés.  Un des informateurs nous a confié avoir abandonné la langue pour ne pas paraitre arriéré aux yeux des vacancières...

En effet, dès le début du 19ème siècle, le Pays de Retz a attiré une clientèle aisée. Des communes côtières comme celle de La-Bernerie-en-Retz ou Pornic se sont développées. L’inauguration de la voie ferroviaire Nantes-Pornic en 1875 a permis de connecter davantage le Pays de Retz avec Nantes. Cela va, à plus grande échelle, établir un réseau avec d’autres grandes villes françaises et bien sûr, Paris.

L’instauration des congés payés en 1936, puis le développement du tourisme de masse aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale a attiré des milliers de touristes en Pays de Retz, sur la Côte de Jade (la zone littorale de Saint-Brévin-les-Pins aux Moutiers-en-Retz). Cela fait plus d’un siècle que le Pays de Retz accueille des visiteurs.

Ces phénomènes de brassage ont certainement participé à l’abandon progressif du parler. Cela s’est rajouté à un phénomène plus général. En effet, la pratique du gallo a reculé au cours du 20ème siècle. Comme pour l’ensemble des langues régionales en France, cette évolution s’explique essentiellement par une longue politique de l’État visant la disparition des « patois » au profit de l’usage exclusif du français.

 

► Partager sur Facebook

► Partager sur Twitter

 

Enqhétt oral a Rouan sée Joseph e Jeannette Rousseau
© J. Haumont / Chubri